acces

Contact

Chambre d'agriculture d'Eure-et-Loir

10 rue Dieudonné Costes
CS 10 399
28 008 CHARTRES Cedex
Téléphone : 02 37 24 45 45
Fax : 02 37 24 45 90
accueil(at)eure-et-loir.chambagri.fr

L’Eure-et-Loir, un département rural et agricole

Le département d'Eure-et-Loir est situé au sud-ouest de la région parisienne. Son territoire d’une superficie de 593 200 ha s’étend largement dans le bassin parisien jusqu’à atteindre, sur son flanc ouest, le massif armoricain.

3 régions naturelles le caractérisent :

  • la Beauce à l'est et au sud,
  • le Thymerais-Drouais au Nord et
  • le Perche à l'Ouest.

La Beauce caractérisée par de vastes étendues de terres labourables fertiles propices à la céréaliculture est la région naturelle la plus importante.

La région naturelle du Thymerais - Drouais en prolonge au nord la « campagne découverte » mais offre un paysage plus diversifié avec d'importantes forêts.

Le Perche est une région coupée de collines et vallons. Son  paysage originel de type bocager contrastant avec les vastes horizons de la Beauce est désormais moins présent suite à la conversion de  l’agriculture locale à la céréaliculture.  Toutefois les prés et  prairies occupent encore une place importante, principalement dans les fonds des vallées et conservent au Perche une  dimension de terre d’élection pour l’élevage.

L’Eure-et-Loir compte près de 436 000 habitants soit une densité de population de 73 habitants/km2 plutôt faible comparée à une densité moyenne de 116 habitants/km2 en France métropolitaine. La surface agricole utile y occupe 455 600 hectares soit 77 % du territoire. L’importance relative de la surface agricole sur le territoire est la plus élevée de tous les départements de la région Centre-Val de Loire  et est beaucoup plus importante que sur l’ensemble du territoire français (52 % en moyenne). L'Eure-et-Loir présente donc les caractéristiques d'un département largement rural et agricole.

Des terres agricoles au bon potentiel agronomique optimisé par le drainage et l’irrigation.

La pédologie du département est caractérisée par la présence majoritaire de sols limoneux qui ont connu des évolutions différentielles en fonction de la topographie et du climat. On distingue 5 groupes principaux de sols aux niveaux de fertilité disparates mais dont les potentialités agronomiques, ont été augmentées grâce aux améliorations foncières. Des investissements importants ont en effet été consentis en équipements d’irrigation et en drainage au cours des cinquante dernières années.
Environ 146000 hectares, soit un  tiers de la SAU, sont aujourd’hui irrigables grâce aux prélèvements effectués dans les rivières et surtout dans les nappes souterraines. La présence de la nappe de Beauce, qui s’étend sur 9000 km² et dont le volume est estimé à 20 milliards de m3, a permis de développer l’irrigation en Beauce, l’une des régions où la  pluviosité est la plus faible en France avec seulement 600 mm par an. L’irrigation a permis de sécuriser les rendements mais aussi de diversifier les cultures, historiquement avec le maïs et la betterave sucrière et plus récemment avec des cultures de diversification comme la pomme de terre, les légumes de plein champ et les cultures semencières.
Des efforts importants ont également été consentis pour le drainage des terres, essentiellement dans l’ouest du département. Ils ont permis la mise en culture de terres auparavant trop humides et favoriser la mutation des systèmes de production agricole de cette région du département de l’élevage à la céréaliculture. Près de 130000 hectares sont drainés en Eure-et-Loir.

Une agriculture orientée en grandes cultures et spécialisée dans les cultures de céréales et d’oléo-protéagineux.

La surface agricole utile est constituée à 96 % de terres arables en Eure-et-Loir ce qui  explique la spécialisation de l’agriculture locale dans les grandes cultures et plus particulièrement les cultures de céréales, d’oléagineux et de protéagineux.
Chaque année, ces cultures dites « COP » occupent en moyenne 386 000 hectares, dont 288 000 ha pour les seules céréales, soit près de 86% de la surface agricole utile des exploitations du département. Au cœur de l’activité agricole du département, les cultures COP ont assuré en moyenne au cours des 5 dernières années (période 2010-2014) 61% de la production agricole départementale en valeur marchande (hors subventions).
Cette spécialisation permet également à l’Eure-et-Loir de figurer parmi les premiers départements producteurs de cultures COP. L’Eure-et-Loir est le 1er département producteur d’oléagineux, principalement de colza, et le 2ème producteur de céréales occupant le 2ème rang national pour la culture du blé dur et le 5ème rang pour la culture du blé tendre.

Des cultures diversifiées en Beauce grâce à l’irrigation

Grâce à l’irrigation, les cultures ont pu être diversifiées. Développée à partir des années 1990, la culture de la pomme de terre s’étend désormais sur environ 8000 hectares en Beauce, hissant l’Eure-et-Loir au 4ème rang des départements producteurs de pomme de de terre de conservation avec 3,9 millions de tonnes produites. La pomme de terre a assuré en moyenne 16% de la production agricole en valeur marchande au cours des 5 dernières années (période 2010-2014).
Avec pas loin de 14000 hectares en 2015, les cultures semencières sont également très présentes et l’Eure-et-Loir est le premier département producteur de semences de pois potager et de potagères fines et le 3ème en céréales.

Des productions d’élevage localisées essentiellement dans le Perche

Les productions d’élevage sont principalement localisées dans le Perche à l’ouest du département. Si elles représentent une part modeste de l’activité agricole dans le département, elles n’en restent pas moins essentielles en termes d’occupation du territoire dans l’ouest du département.
Au cours des dernières décennies, l’orientation de plus en plus marquée de l’agriculture départementale vers la céréaliculture a entrainé un recul important de l’élevage traditionnel en système herbager (élevage bovin et élevage ovin)  tout en favorisant l’émergence des productions animales de type hors sol comme l’élevage porcin et l’aviculture.
Sur les 3900 exploitations agricoles du département, on dénombre aujourd’hui environ 600 exploitations avec des productions animales. L’élevage bovin est l’activité d’élevage la plus importante avec environ 116 éleveurs laitiers et un peu plus de 250 éleveurs de bovins allaitants.
Au cours des 5 dernières années (période 2010-2014) les productions animales ont assuré 9% de la production agricole en valeur marchande du département d’Eure-et-Loir soit une part plus faible qu’il y a 20 ans (12% en moyenne sur la période 1990-1994). Cela représente environ 80 millions d’euros par an.

Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS